Skip to content

Nutrition sportive : les 5 bonnes raisons qui en font un marché d’avenir

Publié le 21 novembre 2018

Regards d'expert

Le marché de la nutrition sportive vit une révolution. Entaché d’un passé douteux (scandales liés au dopage, image caricaturale du body-building…), elle a su se renouveler pour toucher une large cible. D’un monde auparavant très fermé, nous sommes en train de passer à un univers ouvert à tous, qui logiquement séduit de nombreux industriels.

Si on regarde les chiffres, on comprend mieux les enjeux de ce marché : la nutrition sportive est un marché de niche… a très fort potentiel.

  • Le marché mondial de la nutrition sportive était de 23 Mds € en 2015 et devrait atteindre 42 Mds € en 2022 [1]. A titre de comparaison, c’est 4 à 5 fois moins que le marché mondial des compléments alimentaires, évalué aujourd’hui à 107 Mds € et à 218 Mds € en 2025 [2]. Retrouvez ces informations dans notre infographie ici.
  • Il en va de même à l’échelle de la France : le marché français de la nutrition sportive était évalué à 110 M€ en 2016, soit environ 10 fois moins que celui des compléments alimentaires la même année. Mais la croissance attendue d’ici 2021 est de 43 % ! [4]

  • Cette dynamique s’observe à l’échelle de l’Europe toute entière. En effet, c’est là que se concentre le plus grand nombre d’innovations de ces 10 dernières années : 5 769 vs 2 754 en Amérique du nord par exemple [3]. Le vieux continent, qui était plutôt sous influence américaine, prendrait donc le lead.
  • Enfin, selon une étude menée par NMI en mai 2018 [3], 6 % de la population américaine aurait consommé un produit de nutrition sportive durant les 6 derniers mois. C’est relativement peu, mais ce sont 15,6 % de plus qu’en 2015 !

Ainsi, si la nutrition sportive n’est pas encore un marché de masse, c’est a minima un marché d’avenir. Et voici 5 bonnes raisons de s’y implanter.

#1. La nouvelle façon de parler de gestion du poids et de bien-être

Dans notre carnet des tendances nutrition-santé 2020, nous parlons même de révolution identitaire !

En effet, la nutrition sportive a bénéficié de deux phénomènes :

  • D’une part, la démocratisation de l’activité physique, avec comme emblème la course à pied : aujourd’hui, 1/4 des Français la pratique [5]
  • D’autre part l’alimentation saine, le fait-maison et les régimes alimentaires spécifiques bénéficient d’un engouement sans précédent.

A la croisée de ces deux phénomènes, il y a la nutrition sportive, qui permet de prendre soin de soi et de mieux gérer son poids dans une approche holistique. Désormais, on ne parle plus vraiment de minceur mais d’un mode de vie sain ou d’une approche « lifestyle ».

De nombreuses jeunes marques se sont positionnées sur ce créneau avec succès, en proposant le plus souvent des gammes complètes mêlant aliments protéinés ou à base de superaliments + produits de nutrition sportive. Elles ont ainsi la capacité de s’adresser aux pratiquants assidus, aux pratiquants de « soft sports » (yoga & co), voire à des non sportifs. Et c’est la leur force : ne pas segmenter ni stigmatiser pour toucher une cible large.

Ces jeunes marques (Natural Mojo, Foodspring ou encore Motion Nutrition) bousculent le marché alors qu’elles n’existaient pas il y a 5 ans.

#2. Une façon de cibler les actifs et les Millenials

Régulièrement, lorsqu’on parle de nutrition sportive, on utilise la notion de « nutrition active ». Avec cette dénomination, on s’adresse à ces personnes actives qui veulent garder la forme. Elles sont actives parce que le sport fait partie de leur quotidien, et là on pense aux Millenials qui pratiquent des activités d’extérieur ou des sports de glisse. Ou alors elles sont actives parce qu’elles mènent une vie à 100 à l’heure, et là on se place dans un contexte de vie professionnelle. Dans les deux cas, il s’agit d’entretenir sa forme grâce à une nutrition de pointe, qui se glisse facilement dans le quotidien. 

Sur ce terrain, plusieurs marques, qui n’étaient pas positionnées sur la nutrition sportive à l’origine, sont allées chercher les actifs-sportifs en étendant leur positionnement :

  • Dans l’univers des ingrédients, Lallemand a positionné l’une de ses souches de façon opportunistemaisjudicieuse sur les actifs-sportifs. Les bénéfices mis en avant sont à mis chemin entre la performance et le bien-être émotionnel et physique.
  • Feed, qui crée le buzz avec ses repas all-in-one, a développé une gamme dédiée aux sportifs. Ce positionnement trouve sa légitimité dans le fait que les actifs qui font du sport à l’heure du déjeuner ont à la fois peu de temps et des besoins spécifiques. Dans le même esprit, Vitaline va encore plus loin avec 2 recettes : pré (Ignite) et post-effort (Recover).
  • Wonderful Pistachios qui a orienté sa communication sur l’en-cas des sportifs et a simultanément lancé une version décortiquée de ses pistaches.

#3. Une façon de parler nutrition-santé sans être médicalisé

Parfois, la crainte quand on souhaite communiquer sur la nutrition-santé, c’est de tomber dans un discours trop médicalisé. L’intérêt de la nutrition sportive, c’est justement de pouvoir parler de nutrition-santé, tout en conservant une image accessible, un ton positif, moderne, dynamique… Cet exercice, Gerblé le fait très bien. La gamme d’aliments diététiques dédie désormais toute une gamme « au sport et à l’énergie ». Ce passage à la nutrition sportive, Gerblé a pu le faire grâce à ses maîtrise du format barre et à son savoir-faire en matière de fruits oléagineux, plébiscités par les sportifs. Gerblé n’a d’ailleurs pas choisi que le sport comme axe de communication nutrition, puisque ses gammes « sans sucres » ou « vitalité » sont aujourd’hui bien connues.

#4. Une voie de diversification

Pour d’autres, la nutrition sportive est une opportunité de diversification. Prenons deux exemples.

Le laboratoire Biocodex a lancé sa gamme de compléments alimentaires, Stimium, dédiée au sport Nutri-Protection®. Le pari était osé puisque ce laboratoire pharmaceutique français ne possédait pas d’expertise dans le domaine de la nutrition sportive. Le lancement de cette gamme correspond donc à la création d’une activité nouvelle. La gamme compte aujourd’hui 8 produits et possède de solides arguments :

  • Un positionnement « santé du sportif » assez inédit, qui ne prend pas en compte que la performance
  • Le savoir-faire d’un laboratoire pharmaceutique français
  • Ainsi que des formules innovantes & efficaces

Le 2nd exemple est Berocca : la célèbre gamme de compléments alimentaires vitalité du laboratoire Bayer propose désormais une référence Berocca Sport. Le positionnement est intéressant car il cible « les jours sans » des sportifs assidus. Mais la formule manque un peu de spécificité et de technique (ginseng, fer, magnésium, vitamines&minéraux) pour cette cible avertie que sont les sportifs. D’où l’intérêt de se faire accompagner par des experts sur ce type de développement.

A ce titre, vous pouvez solliciter notre équipe Nutra qui a l’habitude de travailler sur ce type d’innovations.

Nous voyons tout de même un point commun à ces deux gammes : des arguments forts sur le sérieux et l’efficacité, ce qui fait encore défaut à l’univers de la nutrition sportive.

#5. Une façon de valoriser la technique

S’adresser à des sportifs nécessite un peu de technique. Il s’agit en effet d’une cible généralement avertie et de plus en plus exigeante. On observe un tournant technique sur ce marché, pour répondre au besoin de qualité, d’efficacité et de respect de son corps. S’implanter sur le marché de la nutrition sportive aujourd’hui signifie donc avoir des capacités techniques, ce qui participe à l’image globale de l’entreprise ou de la marque. A ce jeu, les fournisseurs d’ingrédients sont les plus présents. Grâce à leurs recherches et développements, ils participent largement au renouveau du secteur.

  • Fytexia avec son ingrédient PerfLoad : un extrait de raisin, grenade et thé vert qui agit sur la mobilisation de l’énergie et sur la régulation du stress oxydatif.
  • BioActor avec ses ingrédients Watts’up et Actiful (qui stimulent la production d’ATP et d’oxyde nutrique)
  • Nutrition 21 avec Nitrosigine, un complexe arginine + silicium présentant des résultats probants sur la vitesse de prise de décision dans le cadre de la pratique sportive.
  • Seppic avec Sepifit Protect qui agit sur la protection musculaire et la récupération.

Pour finir de vous convaincre…

En synthèse, de ces 5 bonnes raisons, nous tirons des leçons plus qu’encourageantes, montrant qu’il est possible de s’implanter sur ce marché et de participer à son développement, que l’on soit un acteur de l’agroalimentaire, de la nutraceutique ou de la santé :

  • Ce marché est souple et peut accueillir de nouveaux segments, comme récemment le « lifestyle ».
  • Même ceux qui ne font pas de nutrition sportive au départ peuvent stretcher leur gamme vers cet univers et ainsi rallier de nouveaux consommateurs.
  • On peut faire de la nutrition sportive (et bien le faire) quand on est une marque de grande consommation, et ainsi contribuer au développement du marché.
  • On peut être crédible sur le sujet de la nutrition sportive si on apporte de la nouveauté et du sérieux.

[1] Selon Market Research

[2] ABM Group Consulting, 2015

[3] NMI pour NutraIngredients USA. Consumer Perspectives on Active Nutrition, Mai 2018

[4] Euromonitor

[5] Globe-runners, 2016

A propos de l'auteur

Agathe Vettier

Agathe Vettier

Directrice média & influence, les tendances et la conception de contenus sont ses meilleurs amis. -
Publié dans