Regard d'experts

Les agents conversationnels sont-ils l’avenir de l’éducation alimentaire ?

Share

Depuis 3 ans, les agents conversationnels envahissent les sites internet et les applications de messagerie instantanée. Véritable tendance de l’année 2019, nous vous proposons de faire le point sur ce marché et son potentiel pour le secteur de l’alimentation-santé.

Un marché prometteur, aux premiers chiffres vertigineux

Les agents conversationnels font désormais partie de notre quotidien, si bien qu’il est possible de discuter avec le bot de la SNCF pour réserver un billet, ou encore de discuter avec le chatbot du service client d’Orange pour résoudre un problème technique.

Ils sont principalement utilisés par les services clients des entreprises. Gartner prévoit qu’ainsi qu’en 2020, 25 % des opérations de services client et technique se feront via des agents conversationnels contre 2 % en 20171. Un essor qui pousse les fonctionnalités des agents conversationnels à se multiplier autant que les besoins consommateurs.

Certains se sont spécialisés dans l’aide à la vente, la génération de leads comme le fait « Romain », le chatbot de Ford, le support technique, la gestion des fonctions RH (congés, RTT…), l’annonce de bons plans pour le week-end, la découverte de nouvelles destinations de voyage ou encore la commande et la livraison de pizzas ! Tout est possible, les chatbots ne semblent pas avoir de limites.

Une situation qui s’explique principalement par la mutation d’un marketing relationnel vers un marketing conversationnel. Une modification des habitudes qui booste un marché en croissance constante, puisqu’il est estimé à 1,25 milliards de dollars1 d’ici 2025, ce qui lui prédit une croissance annuelle de 24 %1 !

Afin de rester constant et se démarquer de la concurrence, ce marché en essor demande aux entreprises d’être toujours plus innovantes.

L’émergence des bots de 2nde génération

Les premiers bots ont pu tester un marché qui semble prometteur, mais qui aura besoin d’innovations pour se maintenir.

Si les bots de « première génération » étaient des simples arbres de décision ; l’utilisateur avait accès uniquement à des questions fermées avec des réponses à choix multiples ; la nouvelle génération de bots est quant à elle plus poussée puisqu’elle doit intégrer des technologies d’intelligence artificielle comme :

  • La digression: savoir faire face à des changements soudains de conservation
  • Le spellchecking: comprendre une phrase mal orthographiée
  • La connexion inter-API: pouvoir interagir avec différentes sources du système d’information pour personnaliser et enrichir les réponses
  • La mémoire: enregistrer les conversations des utilisateurs afin de personnaliser les conservations

En plus de cette première révolution, les nouveaux doivent démultiplier les points de contact via des cross-platform comme le webchat sur site internet, les applications mobiles et la messagerie instantanée. C’est pourquoi de nouveaux bots proposent maintenant de nouvelles façons de converser et cela par la voix, ou de façon hybride entre la voix et le texte. C’est le cas par exemple des assistants vocaux comme Siri ou Alexa, dans l’objectif de plaire aux plus jeunes et aux nouvelles générations d’adultes.

Nous avons pu le voir, l’ensemble des secteurs se lancent, mais il y a-t-il des opportunités pour le domaine de la nutrition-santé ?

Quelle est la place de l’alimentation dans ce domaine novateur ?

Par rapport aux secteurs de la communication ou des transports, le secteur de la nutrition-santé a encore de nombreuses cartes à jouer dans l’univers des bots !

Même si le marché du secteur est timide, il existe quelques use cases qui montrent les différentes opportunités du secteur :

Les marques de la grande distribution proposent à leurs clients de varier leur alimentation facilement grâce à des bots. C’est le cas de «Mmmh », un chatbot qui propose chaque semaine 3 idées de recettes saines à ses utilisateurs. L’agent conversationnel, vrai compagnon au quotidien, propose d’ailleurs de collecter des carottes en cuisinant régulièrement afin d’ouvrir de nouvelles fonctionnalités.

chatbot mmmh

D’autres comme les mutuelles et assurances souhaitent préserver la santé de leurs abonnés en proposant des coachings alimentaires comme la générale de santé Ramsay. Le chatbot propose un suivi personnalisé au quotidien, qui peut même accompagner les consommateurs au moment où ils ont une envie de craquer pour du chocolat, ou pour les motiver à atteindre les objectifs fixés en amont ! 

Les chatbots semblent s’imposer dans le domaine du coaching santé et nutrition, remplaçant au fur et à mesure les applications mobiles puisque selon Gatner, 80 % des applications mobiles n’existeront plus et seront remplacées par des messageries instantanées d’ici 5 ans…

agents conversationnels experts

Ce phénomène a bien été anticipé par KOAM, qui a récemment lancé le 1er chatbot 100 % dédié à l’éducation alimentaire : le Dietbot® . Cet outil innovant et facile d’utilisation a su détrôner l’application de coaching historique : KOAM coach.

Simple et accessible, il suffit de lancer une discussion avec KOAM sur l’application Messenger de Facebook et très prochainement sur le site internet du projet. L’utilisateur peut alors suivre les propositions du bot : via un chemin guidé (clickbot – 1ère génération) ou alors poser directement ses questions sur l’alimentation ! (intelligence artificielle – 2ème génération)

Le Dietbot© propose des réponses à plus de 300 questions ouvertes, 60 idées reçues, 100 astuces et conseils et plus de 40 recettes pour inspirer les plus gourmands sans culpabiliser. Le truc en plus ? Si jamais le chatbot n’a pas la réponse à une question précise, une diététicienne prend le relais pour ne pas laisser l’utilisateur sur sa faim.

En synthèse, nos 4 piliers pour un chatbot réussi 

Nous avons pu le voir précédemment, même si les chatbots se démocratisent, le secteur de la nutrition santé reste encore timide tant qu’à leurs utilisations. Alors que les opportunités peuvent être multiples : accompagner sur l’hygiène de vie les consommateurs de compléments alimentaires, éduquer les gens à une alimentation variée et équilibrée, ou encore plus globalement un programme de coaching pour des assurés.

Avant de lancer son propre agent conversationnel, il y a 4 points qui sont à prendre en compte :

  • Être innovant : en proposant une expérience unique à votre utilisateur, par l’utilisation de l’intelligence artificielle, pour que la conversation soit la plus fluide possible.
  • Être multicanal: être présent sur différents canaux semble être aujourd’hui une obligation. Démultiplier sa présence afin de toucher l’ensemble de sa cible. Par exemple sur son site mais aussi sur les réseaux sociaux comme Messenger ou What’s app.
  • Intégrer les nouvelles façons de communiquer : en proposant le texting, mais aussi le voicechat afin de conquérir les plus jeunes adeptes du vocal.
  • Proposer un contenu fiable et différenciant : qui feront la fidélité de vos utilisateurs

 

Saviez-vous que Nutrikéo et KOAM sont des experts des chatbots et de l’éducation nutritionnelle ? Vous avez un projet d’agent conversationnel, nous pouvons vous accompagner afin de définir vos besoins et répondre au plus juste à votre projet et faire de cette démarche une réussite. Contactez-nous !