Regard d'experts

Comment créer des snacks sains pour le consommateur pressé d’aujourd’hui ?

Share

Une petite faim, une envie soudaine de sucre, un coup de mou, de l’ennui, une séance de sport à l’approche, un repas sauté… Qu’elles sont nombreuses les raisons de prendre un en-cas avec nos modes de vie actuels ! Mais une fois devant le distributeur automatique ou à la caisse du supermarché, on fait quoi ?

C’est la question que se posent bon nombre de consommateurs. Et c’est à nous, et aux industriels, d’apporter des réponses. Alors, comment concevoir de bons snacks sains ?

Quelles sont les attentes du consommateur ?

Les messages des pouvoirs publics et les prises de parole des influenceurs « healthy » ou « écolo » portent leurs fruits. Le consommateur, de plus en plus averti , est en demande de solutions pratiques, saines, responsables, nomades. Rien que ça. C’est d’autant plus vrai pour les millennials.

Les industriels prennent donc le sujet à bras le corps, au risque de subir de nouvelles attaques médiatiques (marketing nutritionnel agressif, ultra-transformation, additifs, surconsommation qui favorisent les maladies chroniques…).

Alors, tandis que 54 % des Français éprouveraient le sentiment de manquer de temps1, comment aider ce consommateur à choisir le bon snack sain ?

Qu’entendons-nous par ‘snack’ ?

Il est question de ces pauses entre les repas pour nourrir l’organisme de nutriments essentiels ou s’offrir un instant de plaisir. Il n’est pas question des substituts de repas, des solutions de restauration rapide ou des repas all-in-one… qui constituent des alternatives aux repas. Le terme ‘grignotage’ est même pratiquement banni.

Les 3 axes clés du snacking

Ou les 3 besoins à assouvir…

1. Répondre à un contexte de consommation

Par contexte, on entend plusieurs critères tels que le moment de consommation, le profil du consommateur (régime, activité…) ou encore le lieu de prise.

Par exemple, pour un sportif en séance intensive à la salle, le snack devra contribuer à fournir l’énergie nécessaire à sa performance. D’ailleurs, le snack est particulièrement développé dans l’univers sportif : l’offre s’y segmente de plus en plus selon l’activité, l’intensité de la pratique et l’objectif !

nutrition sportive
Les snackings pour les sportifs se déploient sous toutes les formes

Pour un étudiant en période d’examen, le snack pourra apporter certains nutriments en quantité plus élevée pour améliorer sa concentration et sa mémoire, ou favoriser une meilleure gestion du stress.

Pour une femme allaitante, le snack devra répondre à ses besoins spécifiques comme à ceux du bébé.

alimentation femmes enceintes
La Fabrique des Mamans accompagne les femmes allaitantes

Pour un salarié au milieu d’une réunion qui va déborder largement sur la pause déjeuner, le snack aidera à réduire la sensation de faim et/ou à tenir jusqu’au prochain repas.

Ou tout simplement pour une collation saine, le snack se voudra juste équilibré en complément des autres repas.

goûter équilibré
Bear offre des yoyos aux enfants

A l’ère de l’ultra-personnalisation, les possibilités sont donc nombreuses dans le monde du snack : qui, quoi, où, comment ? Et il ne se passe pas une journée sans qu’une marque innove et bouscule l’offre des géants de l’agroalimentaire.

D’ailleurs, sur le moment de consommation du petit-déjeuner, plusieurs d’entre eux comme Quaker, Kellogg’s ou Weetabix ont développé leurs propres gammes de snacks du matin (pouvant correspondre à un petit-déjeuner à emporter). Le bol de céréales et sa cuillère sont remplacés par la bouteille ou gourde tout-en-un.

idée petit déjeuner équilibré
Les snacks du matin au cœur des innovations

En 2016, ce marché était estimé à 1,4 Mds$… et devrait croître de +5 % d’ici 20252 ! 

2. Proposer une expérience culinaire

Ou comment lier l’utile à l’agréable ! Adapter le produit à un contexte de consommation est en effet la première étape pour un snack « utile ». Mais pour faire la différence sur un marché qui s’atomise, le consommateur, de plus en plus hédoniste, attend de vivre une réelle expérience culinaire

Dans ce sens, les superaliments, les graines germées ou encore les insectes offrent de nombreuses possibilités en termes de goût, de texture et d’originalité. De plus, ces ingrédients sont très intéressants sur le plan nutritionnel, notamment en cas de régime particulier (pour des raisons de santé ou de conviction personnelle). Coup de projecteur sur les snacks hyper-protéinés et crus.

Ces snacks hyper-protéinés pour tous

Historiquement présents dans les univers du sport et de la minceur, ils répondent aujourd’hui aux attentes de nombreuses personnes, notamment celles privilégiant les apports en protéines d’origine végétale (végétariens, végétaliens, véganes…) : pois chiche, algues, chanvre, graines de chia sont des exemples parmi tant d’autres.

alimentation protéinée
Les snacks hyperprotéinés pour tous

Le pois chiche se retrouve grillé dans des snacks, avec des saveurs salées classiques : tomate, basilic, barbecue. Voire épicées ou sucrées (miel, coco, chocolat). Certaines marques explorent aussi des orientations santé comme Chic Naturals en associant le pois chiche au curcuma pour ses bénéfices anti-inflammatoires.

Dans la même idée, on peut citer Belicious avec ses gourdes aux propriétés anti-inflammatoires composées de fruits, légumes et graines de chia. Ou la gamme AlgaeUP avec ses snacks marins à base de spiruline.

Ces snacks qui nous réconcilient avec nos ancêtres

Pour aller plus loin dans le naturel et le retour aux sources, la tendance aux régimes crudivore et paléolithique se confirme.

alimentation paléo
Des ingrédients crus dont les qualités nutritionnelles sont préservées

La raw food prône une alimentation crue, favorisant les aliments non-transformés et évitant les produits d’origine animale. L’intérêt essentiel est la meilleure conservation des nutriments. Ainsi, les graines germées, oléagineux, céréales, herbes et épices sont largement utilisés dans ces recettes de snacks.

Le régime paléo alterne produits crus, viande et poisson, tout en excluant les céréales, les légumes secs et produits laitiers (apparus au Néolithique), et naturellement les aliments transformés.

3. Allier santé et environnement

Quelles ressources pour produire vos barres ? Combien d’ingrédients j’intègre à ma recette ? Sont-ils issus du commerce équitable, respectueux de l’environnement et du bien-être animal ? Comment proposer des portions avec un packaging durable, voire sans ?

9 personnes sur 10 souhaiteraient davantage de transparence sur les produits alimentaires3. Dans ce sens, le clean labeling – ou recherche de simplicité – est un premier pas vers la santé, et ainsi le respect de l’environnement :

  • Une liste la plus courte possible d’ingrédients, pas de superflus.
  • Des ingrédients naturels et alternatifs à ceux d’origine chimique, comme on peut le voir dans l’univers des boissons énergisantes où le guarana et le ginseng remplacent la taurine et la caféine.
  • Le moins de transformation possible.
  • Une origine contrôlée et une traçabilité jusqu’à l’assiette

Cette tendance est particulièrement forte dans l’univers du snacking qui a trop longtemps souffert d’une image de mauvaise qualité. Le phénomène c’est largement répandu et des marques comme RxBar® sont allées très loin dans le concept de clean labeling.

clean label
Les ingrédients s’affichent en front pack

Dans cette quête de « propreté », on arrive souvent à des allégations « sans ». Sans additifs. Sans sucres ajoutés. Sans gluten. Sans conservateur ajouté. Sans colorant. Sans aspartame. Sans nitrite. Sans huile de palme. Sans soja… Cette multitude de claims peut cependant engendrer de la confusion dans l’esprit du consommateur. Vous vous intéressez à la thématique « sans » ? L’une de nos études sur étagère est dédiée à cette thématique. Vous pouvez la télécharger ici.

Un autre enjeu auquel vous serez confronté, si ce n’est pas déjà le cas, est l’emballage : comment offrir des portions sans les emballer individuellement ou avec un éco-emballage ? Comment éliminer les emballages, le plastique… tout en conditionnant des petites bouchées, des shots et les produits « mini » ?

En résumé : les questions à se poser pour développer un snack sain

Le secteur des snacks ne cesse d’innover pour tenter de répondre à tous les paradoxes et exigences d’un consommateur en quête de sens :

  • Des recettes gourmandes ? Oui mais « healthy ».
  • Des matrices pratiques ? Oui mais avec un packaging respectueux de l’environnement.
  • Des produits originaux ? Oui mais peu ou pas transformés.
  • Des produits locaux ? Oui mais avec des superaliments.

Et ce consommateur peut revêtir de multiples visages selon le contexte de consommation…. Alors, prêt à le faire snacker sainement ?

Notre carnet des tendances nutrition-santé fait le point sur les attentes du consommateur de demain et toutes ces tendances qui drivent le marché : découvrez la plaquette ici. Et plus spécifiquement : si vous souhaitez réaliser un audit nutritionnel de vos produits, lancer une offre de snacks innovants ou encore identifier des start-ups à fort potentiel, nos experts des pôles Food et Investissements se feront un plaisir de décrypter votre besoin pour y répondre.

Cet article a été rédigé par Juliette Gougis, Directrice du Pôle Food.

Sources :

  1. Opinion Way, Soon Soon Soon, 2016
  2. Global New products Database, 2016
  3. Kantar TNS, étude « Food 360 », 2018