Skip to content

Pourquoi créer un poste de « Chief Nutrition Officer » ?

Publié le 28 février 2017

Regards d'expert

De la Stratégie Nutrition à sa mise en place opérationnelle, un nouveau métier à créer !

Complémentaire des directeurs marketing, R&D ou qualité, la nouvelle fonction transversale émergente « Chief Nutrition Officer » a bel et bien une place essentielle au sein des start-up ou grands groupes désireux de s’engager en nutrition. De la même façon que le Chief Digital Officer assure la transition numérique de son entreprise, le Chief Nutrition Officer en assure la stratégie nutritionnelle.

Industries agroalimentaires, laboratoires pharmaceutiques, institutions publiques, mutuelles & assurances… leurs engagements en nutrition requièrent une cohérence parfaite de la stratégie nutrition à la mise en place opérationnelle du projet.

 

Rencontre avec Simon Bonnet, Nutrition Manager Europe et Amériques chez Bel

  • Simon, quel est votre rôle en tant que Nutrition Manager au sein de Bel ?

Principalement, mon rôle est de coordonner la stratégie nutrition définie chez Bel en lien avec la mission de notre groupe : « Sharing smiles through unique experiences of dairy goodness ». Cela se décline en 5 grands rôles et responsabilités :

bel

– Tout d’abord l’optimisation de la qualité nutritionnelle de nos produits existants en réponse aux attentes consommateurs (diminution des taux de gras, de sel, moins d’additifs…).

L’innovation de rupture en proposant des produits laitiers destinés à répondre à des besoins nutritionnels spécifiques. Par exemple, nous avons enrichi nos Vache Kiri en fer au Moyen-Orient et en Afrique pour répondre aux déficiences en fer ; ou encore en protéines, calcium et vitamine D pour les maisons de retraite afin de mieux couvrir les besoins nutritionnels des seniors de plus de 75 ans dénutris.

– Mon rôle est également d’assurer la promotion d’un bon comportement alimentaire aux travers de projets transversaux à l’échelle monde ou de projets communs avec le département communication qui accompagne par exemple les marketeurs sur la définition des recettes. Nous avons également des programmes en interne pour sensibiliser les salariés de Bel à une bonne alimentation.

– Une autre de mes fonctions est de réfléchir à « comment améliorer les capacités de Bel à parler nutrition ? » ce qui m’amène à proposer des formations et à cadrer les positions du groupe : position sur la portion, sur le calcium, sur l’enrichissement des produits, sur l’utilisation de l’huile de palme, etc…. Nous travaillons en ce moment beaucoup sur le snacking : comment positionnons-nous le snacking au sein de Bel ?

– Enfin, un point important de ce poste est de construire la crédibilité nutrition du groupe. Quels sont les engagements de Bel à l’extérieur pour montrer nos efforts en nutrition ? Par exemple, sur les pays en voie de développement, nous faisons partie du mouvement SUN « Scaling Up Nutrition Movement », qui consiste à s’engager dans une démarche d’amélioration de l’accès à des produits nutritionnels pour les populations défavorisées. Nous participons bien sûr à de nombreux congrès, déployons des stratégies au niveau de nos BU avec un comité d’experts en nutrition, dont l’American Dietetic Association aux US. Et au-delà de la construction de ce réseau, nous renforçons par ailleurs la construction de nos connaissances scientifiques par des études que nous menons en collaboration avec des universités. Par exemple en France avec le Pr Corbeau sur l’intérêt des fromages pour l’éducation alimentaire des enfants, ou l’année dernière avec l’université de Copenhague sur l’intérêt de Babybel sur la satiété.

Voilà en quelques mots ce que représente ma mission de tous les jours. La nutrition est vraiment au cœur de notre entreprise.

 

  • Quel a été votre parcours ?

Je suis Ingénieur agro de formation à l’AgroParisTech et ai un master en nutrition.

J’ai toujours travaillé en entreprise agroalimentaire et ai commencé mon parcours en agence de conseil en stratégie santé et nutrition. J’ai poursuivi chez Orangina Schweppes en marketing et innovation pour ensuite arriver chez Bel. J’ai évolué au sein de plusieurs postes, tant en marketing pur, qu’en nutrition.

Cette double expérience en innovation marketing et nutrition est un point clé pour cette fonction de Nutrition Manager car même si nous sommes une petite équipe nutrition au siège (nous sommes 3), notre rôle est d’accompagner les équipes communication (marketing local, en interne, en externe…) sur la communication nutritionnelle.

 

  • Votre plus grande satisfaction chez Bel ? 

Ça remonte à 5 ans, c’était dans mes tout débuts chez Bel, on a monté un projet pour la première fois multi-parties prenantes au Vitenam regroupant Bel, le Ministère de la Santé du Vietnam, l’Institut de Recherche et Développement de Montpellier, GAIN (Global Alliance for Improve Nutrition), étant la fondation de Bill Gates qui a pour mission de donner accès à des produits nutritionnels, et ILSII Japon (International Life Science Industries Institute du Japon).

Quand j’étais au Vietnam, j’ai identifié ce groupe de travail grâce à une opportunité avec GAIN, nous avons défini un projet, un cahier des charges et designé un nouveau produit. De là est née une barre laitière enrichie en micronutriments. Nous l’avons développée, lancée sur le marché et avons ensuite suivi son impact nutritionnel sur le statut nutritionnel des populations locales par une étude d’efficacité. C’était la première fois chez Bel que l’on menait un projet multi-parties avec autant d’experts pour mener à bien le projet depuis la formulation du produit jusqu’à sa commercialisation.

Cela a été un beau projet d’ampleur !

 

  • Qu’est-ce que l’engagement en nutrition apporte au groupe Bel selon vous ?

Tout d’abord nous sommes une entreprise familiale, donc tout ce qui est engagement RSE est très important pour le groupe. Notre engagement RSE est fondé sur 3 piliers : la durabilité de l’amont laitier, donner accès aux bénéfices de l’amont laitier, et avoir le minimum d’impact sur l’environnement via nos packagings. La nutrition est vraiment au cœur du business model de notre groupe et au cœur de la réflexion quotidienne pour la croissance du groupe dans l’avenir. D’ailleurs, le groupe vient de racheter MOM (Materne Mont Blanc) car leurs produits répondent à un bel engagement nutritionnel : produits en portion, snack sains qui peuvent apporter une bonne solution nutritionnelle au « goûter ». Que ce soit en Afrique, au Moyen-Orient ou en Asie où les produits laitiers sont en général considérés comme des produits sains et très importants pour l’alimentation, ou bien sur les marchés développés en Europe de l’Ouest et Amérique du nord avec le discours anti-lait, la réduction de l’apport en lipides saturés…, la nutrition est au cœur du débat, que ce soit un débat positif ou négatif.

Et puis, nous avons cette lame de fond qui est le snacking sain où le fromage en portions a tout à fait sa place (MiniBabybel aux US ou au Canada).

C’est en tout cela que la nutrition est clé pour le groupe tant pour défendre nos positions que pour la croissance durable de demain. La nutrition est à partie entière « encapsulée » dans les missions de groupe via le « dairy goodness ».

 

Innover, communiquer, répondre aux nouveaux enjeux de santé publique, coordonner l’équipe environnante du pôle nutrition (R&D, marketing, qualité, réglementaire…), former, le Chief Nutrition Officer a une position essentielle au sein de tout groupe engagé dans cette démarche. Il a une maîtrise parfaite des enjeux en matière de nutrition, engage une stratégie adaptée et mène à bien le projet opérationnel.

Et vous ? Avez-vous votre propre Chief Nutrition Officer ?

Contactez un expert pour votre projet :

nutrikeo_blog_landing_expert_2017-03-15

A propos de l'auteur

Alexia

Alexia

Consultante senior du pôle food, sa créativité et sa connaissance du consommateur n’ont pas de limites.
Publié dans